Patrick PRUGNE

Patrick Prugne a toujours aimé dessiner. Parmi ses auteurs préférés on trouve Pratt, Manara, Juillard, Loisel, Breccia et Prado. Après ses études, il travaille dans la publicité, puis, obtient en 1990 le prix Alph-Art Avenir au Festival d'Angoulême, pour une parodie de la fable Le lièvre et la tortue. « Cela a été un déclic » affirme le dessinateur, qui contacte alors des éditeurs de BD. Dès l'année suivante, il signe chez Vents d'Ouest la série humoristique Nelson et Trafalgar, avec Jacky Goupil au scénario. En 1999 il publie Fol, une saga de fantasy, chez le même éditeur. En 2004, la trilogie L'auberge du bout du monde voit le jour chez Casterman, c'est sa première collaboration avec Tiburce Oger. Ensemble, ils publient en mars 2009 Canoë Bay, aux éditions Daniel Maghen. Aujourd'hui, Patrick Prugne veut poursuivre sa passion : « J'ai encore envie de faire de la BD et de dessiner des projets qui me tiennent à coeur. Si je n'étais pas dessinateur, je serais… dessinateur, ou peut être peintre ».

« POULBOTS »

Au coeur de la butte Montmartre, nous suivons cinq enfants pauvres, petits poulbots qui vont avoir maille à partir avec un promoteur immobilier véreux bien décidé à les déloger de leur mare aux grenouilles.
Cette fable urbaine, chronique d'un lieu et d'une époque en pleine mutation, prend le contrepied du Montmartre présent dans l'imaginaire collectif. Nous y croisons Poulbot, Steinlen, Bruant, Dorgeles, … ces artistes devenus emblématiques de Montmarte, quartier mis à l'honneur dans le récit, mais celui-ci met avant tout l'accent sur ces indigents qui évoluent en marge de la bohême, et dont la principale préoccupation est de survivre. Des familles sont expropriées faute de pouvoir payer leur loyer, notamment celle de l'un des protagonistes, ce à quoi nos poulbots comptent remédier en kidnappant le fils du promoteur immobilier pour demander une rançon.
Le petit bourgeois va se retrouver immergé dans l'univers et le quotidien de ces miséreux. C'est un vrai choc culturel. Peu à peu, il va tisser des liens d'amitié avec eux. Jamais il n'aura été aussi heureux que parmi ces gamins. Cette histoire met en lumière la pauvreté qui régnait sur la butte à l'époque, mais de façon légère ; à travers les aventures de cinq enfants, que le dénuement a abimé mais pas brisé. Frondeurs et gouailleurs, ils luttent pour préserver le peu qu'ils ont : leur terrain de jeu, leur coin de paradis. A la fin, la guerre fait irruption sur le devant de la scène. Petites histoires sur fond de grande Histoire. La bataille a fauché bien des vies, enfants du Maquis comme privilegiés, tous logés à la même enseigne. La guerre balaie les différences de classe.

« IROQUOIS »

En cette année de grâce 1609, Québec n'est encore qu'un fortin de bois sur les bords du Saint-Laurent, mais dans ce coin perdu du royaume de France, deux cents ans de guerre se préparent…
Patrick Prugne excelle dans l'art de l'aquarelle et des paysages et il a trouvé dans les grands espaces américains un terrain d'expression à la mesure de son talent. Porteur d'une vision idéalisée comme a pu l'être celle de ceux qui découvrirent ces contrées dans lesquelles les Nord-Amérindiens vivaient en harmonie… avec la nature, il n'en oublie pas pour autant les luttes fratricides qui les opposèrent. En cela son dessin est à la fois esthétique et quasiment anthropologique comme le laisse à penser le supplément de ce one-shot : il y a derrière chaque planche un souci du détail qu'il faut saluer. Mais, pour faire un album, il faut aussi une histoire. Ici la question se pose de savoir s'il s'agit de celle de Samuel de Champlain, qui pour mieux pacifier les rives du Saint-Laurent, y mit le feu, ou celle, plus introspective de Petite-Loutre, prisonnière et égérie d'une tribu connue autant pour son organisation sociale que pour son art consommé de la guerre. Difficile de savoir tant Patrick Prugne semble hésiter sans trancher, ni vraiment conclure.
Quoi qu'il en soit une fois refermé, Iroquois invite à en connaître plus sur le destin naissant de la Belle Province et sur la lutte qu'Anglais et Français se livrèrent par tribus indiennes interposées.

BIBLIOGRAPHIE

Brassens de 1990 à 2012
Nelson et Trafalgar de 1991 à 1993
Fol de 1999 à 2001
Auberge du bout du monde (L') de 2004 à 2007
Canoë Bay 2009
Frenchman 2011
Pawnee 2013
Poulbots 2014
Iroquois 2016